0

La sensation Serebrennikov

À la projection de gala comme à la conférence de presse, le siège qui lui avait été réservé est symboliquement resté vide. Le Russe Kirill Serebrennikov, dont le film, «l’Été», a été très applaudi, est assigné à résidence et l’invitation du festival le plus prestigieux du monde, soutenu par le gouvernement français, n’y a rien fait.

Les acteurs de «l’Été» en haut des marches (AFP)

Metteur en scène de théâtre et de cinéma apprécié dans le monde entier, Serebrennikov, sans s’en prendre directement au pouvoir, a critiqué les pressions pesant sur la création, visant à défendre des valeurs conservatrices. Poursuivi pour détournement de fonds publics (des subventions accordées à son théâtre), accusations qu’il qualifie d’«absurdes», il a été arrêté en août 2017 et assigné à résidence. Il a dû terminer chez lui le montage de «l’Été». Au lendemain de l’annonce de la sélection du film en compétition, la justice a prolongé l’assignation à résidence jusqu’au 19 juillet. Il risque jusqu’à dix ans de prison.

Le festival de Cannes, qui se veut engagé, espérait pouvoir contribuer à l’allègement du sort du metteur en scène d’avant-garde. Ce n’est pas le cas pour le moment, mais rien n’est perdu. D’autant qu’on pourrait reparler de Serebrennikov au moment du palmarès.

«L’Été», la force de la création (DR)

«L’Été» évoque deux musiciens qui ont changé le cours du rock en Union soviétique dans les années 1980, évoluant sous la surveillance serrée des autorités, plus ou moins clandestinement. Mais loin d’être un biopic pesant sur Viktor Tsoï (l’acteur coréen Teo Yoo) et Mike Naumenko (le chanteur Roman Bilyk), «l’Été» saisit des moments de vie et de création, avec pour fil conducteur une sorte de trio amoureux à la «Jules et Jim». Les images dans un noir et blanc lumineux, avec parfois des séquences flash en couleur ou des éléments graphiques, sont elles-mêmes des créations. Avec la musique, elles suscitent une énergie communicative.

La sortie du film est programmée pour le 5 décembre.

Renée Carton

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués par une *. Pour information, Renée Carton ne répondra pas aux commentaires anonymes.