0

Xavier Dolan : magnifique et énervant

Xavier Dolan divise, et c’est bien comme ça. Adaptant « Juste la fin du monde », une pièce de Jean-Luc Lagarce, dramaturge mort du sida en 1995, à 38 ans, il en fait un objet cinématographique incontestable et magnifique. Gaspard Ulliel est saisissant, dans une distribution haut de gamme.

Cannes-Dolan, Baye, Cotillard ∏Shayne Laverdiäre - Sons of Manual

Xavier Dolan avec Marion Cotillard et Nathalie Baye (photo S. Laverdière)

Comme « Personal Shopper », d’Assayas, « Juste la fin du monde » a été hué à la fin de la projection de presse. Ceux qui ont aimé ne se sont pas manifestés, il aurait fallu pour cela sortir de la fascination que peut susciter le film.

La force de la pièce de Lagarce, aux accents autobiographiques, est dans sa langue. Xavier Dolan a gardé les mots mais il fait oublier le théâtre. Avec des gros plans, une mise en scène, des couleurs et une direction d’acteurs particulières et souvent virtuoses. Gaspard Ulliel, Nathalie Baye, Marion Cotillard, Léa Seydoux, Vincent Cassel sont unanimes à vanter l’expérience.

Que raconte « Juste la fin du monde » ? Après douze ans d’absence, un écrivain retourne dans sa famille ; il veut annoncer qu’il va bientôt mourir. Dans cette famille dysfonctionnelle, comme bien d’autres, on parle beaucoup mais on ne sait pas se parler, se dire les choses essentielles. Dialogues ou scènes de groupe, les cris et les disputes fusent. On peut trouver fatigante, énervante, cette frénésie qui saisit les personnages, particulièrement ceux du frère fâché (Vincent Cassel) ou de la mère exaltée (Nathalie Baye). Mais au final, on est touché.

« Juste la fin du monde », 6e film, et son meilleur, dit-il, de Xavier Dolan, devrait sortir le 21 septembre. On lui espère une place au palmarès, après le prix du jury de « Mommy » en 2014.

Cannes-JUSTE LA FIN DU MONDE 14 ∏Shayne Laverdiäre - Sons of Manual

Réunion de famille (photo S. Laverdière)

Renée Carton

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués par une *. Pour information, Renée Carton ne répondra pas aux commentaires anonymes.