0

Une belle famille

 

Le festival a 70 ans et l’avenir devant lui et l’a proclamé avec une réjouissante photo de famille. On a fêté aussi André Téchiné, qui présentait son 22e film, et avec lui quelques-unes des plus grandes actrices françaises.

 

113 personnalités pour un anniversaire (photo V. HACHE/AFP)

Une belle photo de famille pour célébrer le 70e anniversaire du festival. Après le drame de Manchester, le feu d’artifice a été annulé et une minute de silence a été observée à 15 heures – tant bien que mal dans l’activité frénétique de la Croisette -, mais la cérémonie prévue a été maintenue.  « Il faut montrer qu’on ne se laisse pas faire et que la vie continue », a déclaré le délégué général Thierry Frémaux.

Sur la photo, 113 personnalités du 7e art. Au premier rang, des lauréats de la Palme d’or (entre autres Laurent Cantet, Claude Lelouch, CristianMungiu, jerzy Schatzberg, Michael Haneke, Jane Campion – la seule femme titulaire de la récompense suprême -, Costa Gavras). Puis des présidents et membres de jurys, des prix d’interprétation (Vincent Lindon, Kirsten Dunst, Emilie Dequenne, Emmanuelle Bercoyt, Juliette Binoche…) et des « invités », acteurs et réalisateurs.

TÉCHINÉ ET LES ANNÉES FOLLES

«Nos années folles »

Lundi soir, toujours dans le cadre du 70e anniversaire, c’est le réalisateur André Téchiné qui a été fêté. Quelques-unes de ses actrices, et non des moindres, l’entouraient:  Catherine Deneuve, Juliette Binoche, Isabelle Huppert, Emmanuelle Béart, Sandrine Kiberlain et Elodie Bouchez. « La lumière d’un film vient plus profondément des actrices que des prouesses des opérateurs », a-t-il estimé. Il a voulu rendre « particulièrement hommage » à celle qui l’a accompagné sur sept films et « lui dire à quel point (son) travail est redevable de son talent d’une manière essentielle et vitale », on aura reconnu l’interprète d’« Hôtel des Amériques » (elle y est, accessoirement, anesthésiste) et de « Ma saison préférée ».

André Téchiné a vu onze de ses films projetés à Cannes depuis 1975 (« Souvenirs d’en France »). Mais, comme il l’a dit, il n’aime pas regarder en arrière et vu cet hommage plutôt « comme un signe d’encouragement à un cinéaste qui a encore quelques films devant lui ». Et l’on a découvert son 22e long métrage, « Nos années folles », qui sortira le 13 septembre. Avec Pierre Deladonchamps, Céline Sallette, l’histoire vraie et troublante d’un déserteur de la guerre de 14-18 qui, pour échapper à l’exécution, se déguise en femme… et va avoir du mal à renoncer à cette deuxième identité une fois la guerre terminée.

Renée Carton

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués par une *. Pour information, Renée Carton ne répondra pas aux commentaires anonymes.