0

Un programme chargé

C’est le mardi 23 mai qu’aura lieu la soirée de gala célébrant le 70e anniversaire du festival, à laquelle devraient participer un grand nombre de réalisateurs et d’acteurs palmés. Concocter le programme avec chaque jour son lot de stars, d’événements cinéphiliques et d’éventuels sujets de scandales est un exercice encore plus difficile que de composer un gouvernement.

Pour la soirée d’ouverture, mercredi, on a misé une fois de plus sur le cinéma hexagonal, mais avec deux actrices connues internationalement, Marion Cotillard et Charlotte Gainsbourg («les Fantômes d’Ismaël », d’Arnaud Desplechin). Pour la montée des marches, on a aussi les vedettes qui composent l’un ou l’autre jury, comme Pedro Almodovar, Jessica Chastain, Will Smith (jury des longs métrages), Uma Thurman (section Un certain regard), ou Sandrine Kiberlain (Caméra d’or, prix du premier film, toutes sections confondues). Et pour encore plus de retentissement, la montée des marches et la cérémonie d’ouverture (menée par Monica Bellucci) seront diffusées non seulement sur Canal+ en clair mais aussi dans un certain nombre de salles de cinéma. Et il en sera de même pour la clôture le dimanche 28 mai. Et pour les festivaliers, une fête, pardon une Welcome Party, suivra sur la plage du Majestic et à l’Agora.

Tandis que les dîners vont se succéder, dont celui qui réunira, le 20 mai, 150 directeurs des plus grands festivals de cinéma au monde (sachant que Cannes est le plus grand !), les journalistes et professionnels du cinéma (45.000 accrédités au total) se verront proposer, comme chaque année, un programme plus que riche, jusqu’à l’indigestion si on est d’attaque. Les projections commencent dès 8h30 du matin avec l’un des 19 films en compétition. Les heureux détenteurs du badge ad hoc ou d’une invitation foulent alors le tapis rouge sans avoir besoin d’une tenue de gala. On peut enchaîner ensuite jusqu’à 22 heures, voire minuit pour des films-choc.

Si le lundi et le mardi, en milieu de festival, sont plutôt réservés aux films les plus exigeants, on est censé se détendre un peu le week-end. Encore que, la comédie n’étant guère une spécialité cannoise, surtout quand Woody Allen n’est pas là. Dimanche, on pourra par exemple admirer Dustin Hoffman en patriarche new-yorkais (« The Meyerowitz Stories »), Louis Garrel en Godard soixante-huitard (« le Redoutable ») et, hors compétition,  une comédie/science-fiction américaine « How to talk to girls at parties ».

L'amant double      Twin Peaks

Pour ménager le suspense, « l’Amant double », le film au teasing érotique de François Ozon, dont on voit des affiches partout, ne sera au programme que le vendredi 26. Tandis que le jour de l’Ascension, le 25, verra la projection des très attendus nouveaux épisodes de « Twin Peaks » (2 seulement mais en présence de David Lynch). Le samedi 27, enfin, dernière soirée avant le palmarès, Roman Polanski présentera, hors compétition, « D’après une histoire vraie ».

> Voir la Cérémonie d’ouverture (replay intégral) sur DailyMotion

Renée Carton

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués par une *. Pour information, Renée Carton ne répondra pas aux commentaires anonymes.