0

Un acteur gentil, un réalisateur timide

Brad Pitt face aux photographes

Quand un film est très attendu, le même scénario se rejoue souvent lors de la projection de presse (le matin à 8h30 ou la veille de la séance de gala) : une bousculade pour être sûr d’entrer, l’excitation et puis, à la dernière image, des huées et des sifflets plus souvent qu’un tonnerre d’applaudissements. Le film réel est généralement loin du film rêvé.

C’est peu dire que « The Tree of Life » était attendu : le mystère entourait le 5e film de Terrence Malick, déjà annoncé pour le festival 2010.

Donc, au bout des 2h18 de projection, des sifflets énergiques que ne peuvent combattre des applaudissements timides. C’est qu’on ne sait pas très bien ce qu’on a vu. Ou plutôt pourquoi on a vu des planètes, des flots de lave, des animaux préhistoriques, dont l’un, après quelques secondes d’hésitation, épargne un congénère quil tient prisonnier. Et ces images, pourquoi s’intercalent-elles dans l’histoire d’une famille du Texas dans les années 1950 ? Une mère douce, un père rigide et trois garçons.

Comme un poème.

Terrence Malick n’est pas venu, contrairement à l’usage, à la conférence de presse du matin. Luc Besson, l’un des producteurs du film, dit qu’il est extrêmement timide. Bill Pohlad, autre producteur, explique qu’« il ne veut pas discuter de son film, il souhaite que le public le reçoive comme un poème et que chacun puisse l’interpréter comme il veut ». C’est donc Brad Pitt, interprète du rôle principal et également producteur, tout sourire, qui répond aux questions.

Le soir, avant de monter les marches, c’est avec le même grand sourire et une gentillesse qui n’apparaît pas feinte, qu’il prend le temps de signer de nombreux autographes et de serrer des mains. Angelina Jolie, qui l’accompagne, fait de même. Le couple est sans nul doute l’élu de la foule.

Au-delà du glamour et du business mêlés, il faut aller voir, puisqu’il est sur les écrans dès ce mardi, « The Tree of Life ». Parce que c’est une expérience cinématographique unique, parce que Brad Pitt est un grand acteur (son personnage de père rigide restera dans les annales), parce qu’il y a des images superbes, parce que les interrogations métaphysiques ne sont jamais superflues.

Renée Carton

Renée Carton

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués par une *. Pour information, Renée Carton ne répondra pas aux commentaires anonymes.