0

Propositions pour un palmarès

On a vu 22 films, on en a aimé quelques-uns et été déçus par d’autres. On attend le palmarès pour faire le bilan.

Le jury présidé par Nanni Moretti

Une bonne histoire, même si elle n’est pas très originale, des personnages, dont deux garçons de 14 ans, pour lesquels on tremble, des amours difficiles, de l’action, et l’impressionnant Mississipi avec ses îles sauvages : c’est le dernier film de la compétition, le rafraîchissant (sans prétentions artistiques, contrairement à nombre de ses concurrents) « Mud », troisième long métrage du jeune Américain Jeff Nichols, 34 ans, l’auteur de «Take Shelter».

« Mud », avec Matthew McConaughey (DR)

Figurera-t-il pour autant au palmarès ? La sélection 2012, bien que plantureuse (22 films), a semblé à beaucoup moins convaincante que la précédente. À Cannes, la barre est il vrai placée très haut.

« Amour », de Michael Haneke avec Jean-Louis Trintignant et Emmanuelle Riva, ne devrait pas repartir les mains vides. Sur un sujet casse-gueule et maintes fois traité au cinéma, la fin de vie dans la déchéance et la douleur, le cinéaste autrichien et ses acteurs donnent le film le plus sensible possible, tout en nuances et sans effets. Peut-être le grand prix du jury ?

La palme d’or pourrait aller une deuxième fois au Roumain Christian Mungiu, pour « Au-delà des collines », récit parfaitement maîtrisé autour du drame de deux jeunes filles dans un couvent reculé. À moins que ne l’emporte Jacques Audiard avec « De rouille et d’os », qui mériterait plutôt, à mon sens, le prix de la mise en scène. « Holy Motors », de Leos Carax, qui a séduit nombre de critiques français, moins les étrangers, ne volerait pas un prix du jury pour ses visions originales et les transformations de l’inquiétant Denis Lavant.

Si le prix d’interprétation masculine échappe à Jean-Louis Trintignant, il serait juste de l’attribuer à Mads Mikkelsen pour son rôle d’homme accusé à tort d’abus sexuels dans « la Chasse », de Thomas Vinterberg. Pour le prix féminin, Emmanuelle Riva, bien sûr, où, si l’on préfère la jeunesse, les interprètes de « Au-delà des collines », Cosmina Stratan et Cristina Flutur.

« L’Ivresse de l’argent », d’Im Sangsoo (DR)

Comme j’aime bien « l’Ivresse de l’argent », du Coréen Im Sang-Soo, sur la folie et la violence de la richesse, j’aimerai lui attribuer un prix, il reste celui du scénario.

Le jury de Nanni Moretti qui, dit-on, n’est pas homme de compromis et voudra mettre sa marque, peut aussi décerner d’autres prix, comme celui du 65e anniversaire, et même en inventer. Le cinéaste italien a déclaré avant le festival vouloir être surpris. Pas sûr qu’il l’ait beaucoup été. Lui nous surprendra peut-être.

Renée Carton

 

Renée Carton

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués par une *. Pour information, Renée Carton ne répondra pas aux commentaires anonymes.