0

Le soleil et Carax réveillent le festival

Brad Pitt a fait revenir le soleil sur la Croisette. Il était temps, le moral des festivaliers était au plus bas, qu’il s’agisse du ciel mouillé ou des thèmes des films du week-end.

Brad Pitt et ses fans (AFP)

Pour ce qui est du cinéma, la star américaine n’a pas vraiment accompli de miracle. Dans « Cogan, la mort en douce », d’Andrew Dominic, il joue un nettoyeur taciturne et néanmoins sentencieux, rôle qui, par définition, le dispense d’afficher quelque émotion que ce soit. Et les féministes devraient protester : pas une seule femme à signaler, sinon, pour moins d’une minute, une prostituée à 100 dollars.

Pendant que la vedette montait les marches, les critiques découvraient « Holy Motors », le nouveau film, très attendu, de Leos Carax, treize ans après « Pola X ». Une œuvre énigmatique, ou porteuse de trop de sens, qui fut autant applaudie que huée, les deux énergiquement, réveillant enfin un festival un peu trop consensuel.
Carax, adulé pour ses deux premiers films, « Boys and Girls » et « Mauvais Sang », en 1984 et 1986, connut un désastre financier et critique avec « les Amants du Pont-Neuf », dans lequel jouait Juliette Binoche, en 1991. Il revient de loin et c’est parce qu’il n’a pas pu monter plusieurs projets, « butant toujours sur les mêmes obstacles : casting et fric », qu’il s’est passé une commande à lui-même, « imaginer vite, pour un acteur déjà choisi, un film pas trop cher ».

Denis Lavant dans « Holy Motors » (DR)

Ce n’est pas encore cette fois que Carax va se débarrasser de sa réputation de cinéaste maudit. Plein de citations, de voies de traverse, d’images fulgurantes, comme on dit dans les critiques intellos, dont la Samaritaine plein d’herbes folles, « Holy Motors » n’est pas facile à décrypter. Il faut se laisser emporter par ce voyage en limousine de près de deux heures, en compagnie d’un impressionnant Denis Lavant à transformation et de créatures fantomatiques incarnées par Édith Scob, Eva Mendes et Kylie Minogue.

Renée Carton

Renée Carton

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués par une *. Pour information, Renée Carton ne répondra pas aux commentaires anonymes.