L’amour et la mort

Cate Blanchett (photo DR)

Des amours féminines, on en a vues à Cannes il n’y a pas longtemps. Après « la Vie d’Adèle », voici « Carol », qui plonge dans les puritaines années cinquante avec une Cate Blanchett en pleine forme. Et puis des deuils, avec Nanni Moretti (oui) et Gus van Sant (pas vraiment).

L’homosexualité ne fait plus scandale aujourd’hui dans nos sociétés occidentales. En principe. Car quand Cate Blanchett indique, en réponse à une question du magazine hollywoodien « Variety », avoir eu de nombreuses relations avec des femmes, ses propos – qu’elle dément à Cannes en expliquant avoir été mal comprise –  sont relayés à foison comme si c’était une révélation extraordinaire.

L’actrice australienne est l’héroïne de « Carol », de Todd Haynes, adaptation d’un roman de Patricia Highsmith, publié en 1952 sous un pseudonyme, évoquant la relation homosexuelle de deux femmes. Mais « ce n’est pas la Vie d’Adèle », dit encore Cate Blanchett au magazine américain. Le film est en fait une belle histoire d’amour dans une reconstitution des années cinquante qui fait penser à « Mad Max » et à Edward Hopper. Avec, face à l’impressionnante Cate, l’étonnante Rooney Mara, loin de la Lisbeth Salander de « Millenium ».

Si « Carol » devait avoir un prix, ce qu’on peut lui souhaiter, on espère que ce serait pour ses qualités cinématographiques et non pour une prétendue audace de son sujet.

Rooney Mara et Cate Blanchett (photo DR)

Certains voient aussi au palmarès « Mia madre » de Nanni Moretti. Sur la mort d’une mère, il parvient à émouvoir sans pathos et aussi à faire rire. Car celle qui voit mourir sa mère est une cinéaste qui peine à réaliser un film social et est aux prises avec un acteur américain ingérable joué avec gourmandise avec John Turturro. Sur le deuil également, Gus van Sant, avec « la Forêt des songes », se montre beaucoup moins adroit, pataud presque, et Matthew McConaughey a bien du mal à faire croire à son personnage d’homme éploré qui part se suicider dans une forêt japonaise. Dommage.

Renée Carton

Renée Carton