0

Esprit, es-tu là ?

Dans « Personal Shopper », d’Olivier Assayas, l’héroïne cherche à communiquer avec les esprits. Le film divise mais l’esprit du cinéma est bien là. Comme dans « Julieta », de Pedro Almodóvar  (en salles ce mercredi).

Cannes-Personal Shopper B

Kristen Stewart medium ? (Les Films du Losange)

Après l’avoir fait tourner aux côtés de Juliette Binoche dans « Sils Maria », également présenté à Cannes, Olivier Assayas a écrit pour elle « Personal Shopper ». « Kristen Stewart possède une compréhension instinctive du cinéma et une précision extraordinaire en termes de cadrage.  Elle n’est jamais ennuyeuse – elle sait comment rendre n’importe quelle scène attirante », dit-il.

Le fait est. Car la jeune actrice américaine, qui a connu la célébrité grâce à « Twilight » (et Robert Pattinson) mais a su faire également des choix pointus, est un atout majeur pour le film. Lequel a été hué lors de la projection de presse par ceux qui ont eu du mal à en saisir les tenants et aboutissants.

Maureen a perdu son frère jumeau. Médium, comme lui, elle attend un signe de l’au-delà. Assayas n’hésite pas à figurer une ou deux fumeuses apparitions. Il y a aussi du sang et Maureen suit une piste, sans avoir vraiment de réponse à ses questions. Le spectateur non plus d’ailleurs. Il reste frustré, mais convaincu tout de même d’avoir vu du vrai cinéma. En France à partir du 19 octobre.

ACTRICES

Cannes-07 JULIETA_El Deseo©Manolo Pavón

Adriana Ugarte (El Deseo©Manolo Pavón)

Avec « Julieta » aussi, c’est du vrai cinéma, côté mélo pur, et plutôt sobre venant d’Almodóvar, dont c’est le 20e long métrage. Le scénario est inspiré de nouvelles de « Fugitives », un recueil de la Canadienne Alice Munro. Femme d’âge mûr, Julieta a un choc lorsqu’on lui parle de sa fille, qu’elle n’a pas vu depuis 12 ans. Le cinéaste espagnol déroule alors le fil du passé, de la rencontre de Julieta avec l’homme de sa vie à la fuite de leur fille, à 18 ans.

Pas de scènes dramatiques et hurlantes, les tragédies ne sont montrées que par leurs conséquences. La mise en scène éclate plutôt dans le choix des couleurs et des décors. Et bien sûr dans la direction des actrices, Emma Suárez et Adriana Ugarte, qui incarnent les deux âges de Julieta.

En parlant d’actrices, on a vu aussi aujourd’hui en compétition un intéressant film brésilien, « Aquarius », de Kleber Mendonça Filho, dans lequel on retrouve Sonia Braga (« Dona Flor et ses deux maris »), grandiose en sexagénaire en lutte contre des promoteurs immobiliers dans la foisonnante ville de Recife.

Cannes-Sonia Brava 2

 

Renée Carton

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués par une *. Pour information, Renée Carton ne répondra pas aux commentaires anonymes.